Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec la bénédiction de la rue Solférino, les fédérations antillaises PS continuent à distiller une violente homophobie parfumée d'eau bénite. Jusqu'où le PS a-t-il l'intention de laisser ces élus ou responsables socialistes antillais (Marlène Lanoix, Jules Otto, Raymond Occolier...) déraper dans la bêtise et la haine ?

Le PS qui aujourd'hui semble enclin à un véritable suicide collectif tragi-comique a-t-il l'intention aussi de se couper définitivement de sa base laïque ?

La Fédération française des Centres LGBT (lesbiens, gais, bi & trans) vient d'attribuer son Anti-Prix 2007 au Parti socialiste pour la campagne homophobe qu'il mène en Martinique.

Voir sur VL l'article Les fédérations socialistes antillaises, bigotes et homophobes et les déclarations de ces responsables politiques.
Signez la pétition

 Aux Membres du Parti socialiste (France)

 Projet de lettre ouverte aux socialistes sur la campagne homophobe
menée par le Parti socialiste en Martinique

Envoi prévu le mardi 4 septembre 2007 à 09h00
(en cas d'évolution de cette affaire avant cette date,
votre signature sera de nouveau sollicitée
sur la base d'une nouvelle version)

Mesdames, Messieurs,

La Fédération française des Centres LGBT (lesbiens, gais, bi & trans) vient d'attribuer son Anti-Prix 2007 au Parti socialiste pour la campagne homophobe qu'il mène en Martinique depuis le 10 juillet 2004.

Il y a presque deux ans, le 14 décembre 2005 exactement, l'association An Nou Allé demandait déjà au Parti socialiste de rappeler sa fédération martiniquaise à l'ordre.

Il y a un an jour pour jour, par une lettre ouverte datée du 4 septembre 2006, 36 associations luttant à travers le monde contre le racisme, l'antisémitisme, le sexisme, l'homophobie et le sida, ainsi que plusieurs personnalités connues pour leur engagement en faveur de la laïcité et des droits humains, alertaient les socialistes sur l'inertie de la rue de Solférino face à la propagande - y'a-t-il un autre mot ? - religieuse et homophobe de ses fédérations antillaises. Monseigneur Jacques Gaillot, Maître Yann Pedler, SOS homophobie, le CRAN, la Fédération française des Centres LGBT, l'IGLHRC, An Nou Allé et 31 autres associations s'étonnaient notamment que deux doctrines semblent se développer au sein du Parti socialiste sur la laïcité et les droits humains, l'une officielle dans l'Hexagone et l'autre "adaptée au climat tropical".

Plusieurs socialistes ont réagi à cette dernière lettre : Victorin Lurel (secrétaire national du PS à l'outre-mer) a jugé les propos litigieux "lourds et condamnables" ; Malek Boutih (secrétaire national du PS aux questions de société) a réaffirmé "le droit au respect et à l'égalité de tous les individus quelque soit leurs orientations sexuelles" ; Claude Roiron (secrétaire nationale du PS à l'éducation), saisie par l'association LGP Région Centre, s'est déclarée "désagréablement étonnée" avant de déplorer "l'utilisation d'un vocabulaire religieux qui n'a rien à voir avec le domaine politique" ; Jean-Pierre Masseret (président du conseil régional de Lorraine et sénateur de Moselle), saisi par l'association Couleurs Gaies, a dénoncé des propos allant "à l'encontre des valeurs défendues" par le PS ; Jean-Louis Idiart (député et conseiller général de Haute-Garonne), saisi par l'association Arc-en-ciel, a directement interpellé François Hollande en lui demandant "de bien vouloir faire procéder à un examen attentif de cette situation" ; Olivier Falorni (premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime), saisi par l'association Adhéos, a condamné des propos "d'autant plus inadmissibles qu'ils ont été prononcés par des socialistes" ; François Vauglin (délégué national du PS aux questions LGBT) a déclaré qu'il n'était "pas fier" de cette affaire ; enfin, l'association Homosexualités & Socialisme a rappelé qu'il n'est pas de "démarche plus communautariste que celle visant à sanctuariser des droits pour certains et à refuser leur accès à d'autres".

Malgré ce concert de réactions, aucune sanction n'est à ce jour envisagée, aucun rappel à l'ordre n'a été émis. Il semble dès lors que le blocage ne soit pas à la base du Parti socialiste, pas même à son état-major, mais bien à son sommet. Sourd à la lettre du 4 septembre 2006, sourd aux réactions venues de son propre parti, résolument muet sur le sujet, François Hollande continue à cautionner de son silence et de son inaction une campagne homophobe qui est devenue le fond de commerce des socialistes en Martinique.

Bien mieux : François Hollande a donné au principal artisan de cette campagne, Raymond Occolier, maire du Vauclin, conseiller régional et délégué national du PS à l'éducation et à la mémoire, l'investiture officielle du Parti socialiste aux élections législatives. Le message a beau être implicite, il n'en est pas moins clair : l'expression homophobe est permise au Parti socialiste - à condition qu'elle s'exprime suffisamment loin de Paris.

Nous n'admettons pas cette contradiction entre les actes et les discours du Parti socialiste - plus crûment, cette hypocrisie.

L'admettez-vous ?

La pétition

 

 

 

Raymond Occolier, délégué national du PS à l'Education et à la mémoire, conseiller régional de Martinique et maire du Vauclin se distingue par des propos homophobes et contraire à la laïcité, allant jusqu'à citer la Bible en réunion publique du PS. Malgré ses positions, Occolier a eu l'investiture aux dernières législatives.
 
Pour le PS, la laïcité ne vaut qu'en métropole.


Aux Membres du Parti socialiste (France)
Tag(s) : #Laïcité dans la presse

Partager cet article

Repost 0