Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La laïcité aura été un des grands thèmes de Laurent Fabius durant cette campagne. Le candidat défendait une fois de plus dans une interview du Monde du 11 novembre 2006 ces principes laïques, "principes de paix". Il souhaite aussi adosser à la Constitution une charte de la laïcité.


PARIS (AP) -- Laurent Fabius, l'un des trois candidats à l'investiture du Parti socialiste pour la présidentielle de 2007, souhaite "adosser à la Constitution une charte de la laïcité", applicable "notamment à l'hôpital".

"Je défends les principes laïques, en particulier parce que ce sont des principes de paix", explique-t-il dans un entretien publié samedi dans le quotidien "Le Monde". Cette laïcité réaffirmée est "d'autant plus nécessaire" dans une France plus diverse et multiculturelle.

"Est-ce que la crise de nos banlieues disqualifie la République? Au contraire! Cette crise confirme l'actualité de la République, à condition que celle-ci ne devienne pas une République des apparences", poursuit M. Fabius.
"Si dans un quartier vous n'avez ni école de qualité, ni logements décents, ni sécurité au quotidien, ni propositions d'emplois, ni lutte contre les discriminations, la République se transforme en une abstraction.

 

 Je suis hostile au modèle communautariste religieux, ethnique ou régional et j'entends bien, si je suis investi, que ce soit là un des grands débats que j'aurai avec M. Sarkozy, dont la démarche me semble inverse de la mienne", ajoute-t-il.

Laurent Fabius pense qu'un second tour pour départager les candidats à l'investiture socialiste "opposera sans doute Ségolène Royal et moi-même, c'est-à-dire deux visions politiques différentes, l'une qu'on pourrait appeler le blairisme régionalisé et l'autre qui est tout simplement socialiste".

Il note à ce propos que "c'est un grand classique du PS de désigner comme archaïque celui avec lequel on a un désaccord". L'ancien Premier ministre rappelle avoir "connu cela avec les débats Rocard-Mitterrand ou Blair-Jospin. Toute la question est de savoir si on opère une modernisation socialiste ou une modernisation sociale libérale ou encore de droite".

Pour lui, "la source de nos difficultés économiques résulte de la mauvaise spéculation de notre économie et de l'insuffisance de notre effort de formation et de recherche. La solution est alors dans le redéploiement, l'innovation, la formation. C'est ce que l'idéologie dominante appelle mon 'archaïsme"', souligne-t-il.

(AP - 11 novembre 2006)

Tag(s) : #Laurent Fabius

Partager cet article

Repost 0