DSK : "Aucune raison de changer la loi de 1905 sur la laïcité"

Publié le par Yann

Après les vives critiques qui ont suivi la remise du rapport Machelon sur la laïcité commandé par Nicolas Sarkozy (la mobilisation de 16 députés, les déclarations de Laurent Fabius, celle du Grand Orient de France...), Dominique Strauss Kahn à son tour dit son hostilité à une modification de la loi de 1905.
Mais pourquoi ne citer que le rapport Machelon alors que le projet de loi socialiste Glavany est une modification tout aussi inquiétante de la loi de 1905 ? 


Dominique Strauss-Kahn, candidat à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle, a estimé jeudi qu'il n'y avait "aucune raison" de modifier la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat.

 

Alors que le Grand Orient de France s'est dit hostile cette semaine au financement par l'Etat des lieux de culte, qui passerait par une révision de cette loi, M. Strauss-Kahn a estimé que "très honnêtement, il n'y pas que les francs-maçons qui s'inquiètent des déclarations de Nicolas Sarkozy, répétées depuis plusieurs années maintenant, et qui veut modifier la loi de 1905".

"Cette loi sur la laïcité est un des piliers de notre république, c'est la loi qui permet de vivre ensemble, qui a été conçue pour que des gens de croyances différentes ou qui ne croient pas puissent ensemble participer à la même société", a défendu le responsable socialiste sur France Info.

"Cette loi a formidablement traversé le siècle. Il n'y a aucune raison de la changer aujourd'hui", a-t-il affirmé.

"Il faut cesser cette sorte d'état de vibrion qui consiste, devant tous les problèmes, à dire il faut tout changer. Non, il faut appliquer les textes tels qu'ils existent et respecter l'esprit de la république", a-t-il ajouté.

PARIS, 2 nov 2006 (AFP)

Publié dans D. Strauss-Kahn

Commenter cet article

Colin 12/11/2006

Bon, moi je trouve que c' est un bon gars le DSK ; c' est le seul à même de battre Sarkozy...l' écart se ressert de plus en plus avec Ségo, et je pense que si il y un 2ème tour aux primaires PS, il l' emportera...avec l' aide de Fabius...mais chut, il ne faut pas le dire...et même si DSK déclare publiquement que Fabius a une "vision passéiste"

Niniels 12/11/2006

BLOG NON-OFFICIEL DE DSK
visitez, plein d'actualités, de réactions, pour apprendre et avoir de bons arguments entre autres
http://ps-dsk.skyblog.com/

Rachid Adda 13/11/2006

pour info un article du PArisien

Article du Parisien Val d'Oise (14 juin 2006) : La réservation de la piscine aux femmes loubavitchs fait des vagues


 DEPUIS trois ans, la piscine de Sarcelles est réservée une partie du dimanche après-midi à l'association des femmes loubavitchs, des juives orthodoxes à qui leur culte impose de se baigner sans présence masculine. Devront-elles bientôt renoncer ? « Cela doit cesser au plus vite, s'insurge dans un communiqué le Mouvement républicain et citoyen (MRC) de Sarcelles. Nous demandons la suppression des créneaux communautaires afin de mettre fin à ce que nous appelons l'exception cultuelle sarcelloise, en contradiction avec le principe de la laïcité. » « A Lille, Martine Aubry, qui avait accordé de tels créneaux dans ses piscines aux femmes musulmanes, avait fini par rebrousser chemin après avoir été montrée du doigt et vertement tancée par la commission Stasi sur la laïcité », précise Rachid Adda, le conseiller régional MRC à l'origine de la démarche. Oui, mais voilà, le maire PS de Sarcelles, François Pupponi, qui avait accordé à l'association cette autorisation de se servir de l'équipement à l'époque communal, passé depuis dans le giron de la communauté d'agglomération Val de France, ne l'entend pas de cette oreille. D'autant qu'il occupe également aujourd'hui la fonction de vice-président de Val de France, chargé des sports et de l'habitat. « Ce que demande Rachid Adda est illégal et contraire au principe de la laïcité, martèle-t-il. Quand une association de la ville demande à utiliser un équipement communal, quel qu'il soit, le maire n'a pas le droit de refuser en invoquant l'appartenance religieuse des utilisateurs. Cette analyse juridique m'a d'ailleurs été confirmée par la commission Stasi. De plus, il ne s'agit en l'occurrence pas de créneaux horaires qui léseraient la population, mais de vacations, à des horaires où l'équipement est fermé au public. Cette association de femmes loubavitchs ne bénéficie pas, en outre, du personnel municipal, mais occupe la piscine avec ses propres maîtres nageurs et assure elle-même la sécurité. » Au-delà de la querelle politique locale, d'autres enjeux viennent peser sur cette affaire : la Direction départementale de la jeunesse et des sports envisage très sérieusement d'installer, à la fin de l'année à la piscine de Sarcelles, un   pôle national de formation aux métiers nautiques et de maîtres nageurs (lire encadré). « Mais seulement si cette pratique cesse dans cet établissement », prévient Mathias Lamarque, le directeur départemental. Contacté, le député Dominique Strauss-Kahn, président de Val de France, a fait savoir qu'il approuvait la position du maire de Sarcelles.


Un pôle de formation des maîtres-nageurs dans la balance
 «IL MANQUE en France 2 500 maîtres-nageurs-sauveteurs diplômés, dont un bon millier en Ile-de-France. » C'est fort de ce constat que Mathias Lamarque, le directeur départemental de la jeunesse et des sports (DDJS), planche depuis quelque temps sur un projet de pôle de formation national aux métiers du nautisme. Un projet qu'il verrait idéalement naître à la fin de l'année à la piscine de Sarcelles. .
« C'est le seul bassin de 50 m dans ce secteur de la région, explique-t-il. Ce lieu plein d'atouts est particulièrement dynamique. C'est là que s'entraîne le club de Sarcelles qui possède un très haut niveau, avec beaucoup de jeunes issus des cités du secteur. Ces jeunes et bons nageurs, mais dont les résultats scolaires ne rejoignent pas toujours leurs performances sportives, pourraient ainsi trouver une orientation professionnelle vers un métier beau et noble. » Le futur pôle de formation se veut également un pôle d'excellence, puisqu'il pourrait devenir, toujours selon Mathias Lamarque, « un véritable exportateur de maîtrise ». Mais tout cela est conditionné à la suppression du créneau horaire réservé aux femmes loubavitchs. « On ne peut créer un tel projet dans un endroit où la pratique sportive est contraire aux valeurs de laïcité rappelées par le ministre des Sports, Jean-François Lamour, devant la commission Stasi, confie Mathias Lamarque. La fin de l'utilisation des locaux par cette association fait partie des discussions entamées actuellement avec Val de France. » Même s'il se dit « choqué » par la position de la DDJS, François Pupponi avoue qu'« entre la possibilité d'offrir des centaines d'emplois à des jeunes de l'Est val-d'oisien grâce à ce pôle formation et celle de continuer à donner l'accès à la piscine aux femmes loubavitchs, le choix est évident ». Mais, ajoute-t-il, « j'encouragerai dans ce cas l'association à intenter aux collectivités locales et à l'Etat des procès pou qui possède un très haut niveau, avec beaucoup de jeunes issus des cités du secteur. Ces jeunes et bons nageurs, mais dont les résultats scolaires ne rejoignent pas toujours leurs performances sportives, pourraient ainsi trouver une orientation professionnelle vers un métier beau et noble. » Le futur pôle de formation se veut également un pôle d'excellence, puisqu'il pourrait devenir, toujours selon Mathias Lamarque, « un véritable exportateur de maîtrise ». Mais tout cela est conditionné à la suppression du créneau horaire réservé aux femmes loubavitchs. « On ne peut créer un tel projet dans un endroit où la pratique sportive est contraire aux valeurs de laïcité rappelées par le ministre des Sports, Jean-François Lamour, devant la commission Stasi, confie Mathias Lamarque. La fin de l'utilisation des locaux par cette association fait partie des discussions entamées actuellement avec Val de France. » Même s'il se dit « choqué » par la position de la DDJS, François Pupponi avoue qu'« entre la possibilité d'offrir des centaines d'emplois à des jeunes de l'Est val-d'oisien grâce à ce pôle formation et celle de continuer à donner l'accès à la piscine aux femmes loubavitchs, le choix est évident ». Mais, ajoute-t-il, « j'encouragerai dans ce cas l'association à intenter aux collectivités locales et à l'Etat des procès pour discrimination ». 
 
Le Parisien du 14 juin 2006
Bénédicte Agoudétsé

 

Colin 21/11/2006

il est beau mon DSK ;)

BOLDUC 29/02/2008

AU QUÉBEC, DES cRÉNEAUX HORAIRES SONT RÉSERVÉES AUX FEMMES DEPUIS TOUJOURS.