Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le MRAP

Mouvement pour le Ralliement et l’Allégeance au Prophète ?

Autrefois, le Mrap était un mouvement anti raciste. Mais aujourd'hui, entre une manif avec les Indigènes de la République, une conférence avec Tariq Ramadan et des procès en chaîne pour islamophobie, le mouvement n'a plus vraiment le temps de lutter efficacement contre le racisme.

Depuis trois quatre ans, le mouvement s'est purement et simplement détourné du terrain antiraciste pour embrasser la cause islamiste.

La base est perdue et ne comprend plus les décisions de sa direction. Les démissions se multiplient. La crédibilité du mouvement s'effondre. Mais son président Mouloud Aounit tient la barre et continue sans relache le travail de sape du Mouvement.


Mouloud Aounit : le mot "islamophobie" à chaque phrase

Le but du Mrap : entretenir un amalgame entre la critique des religions (pour être plus précis, de l'islam) et le racisme. Pour celà, son président Mouloud Aounit adopte le langage de l'UOIF et déploie des efforts sans fin pour promouvoir le terme d' "islamophobie". Mouloud Aounit demande même à la Ligue de l'Enseignement que le terme soit placé sur le document de présentation de la Semaine d'éducation contre le racisme. Plus une phrase de son président sans le mot d' "islamophobie". En 2004, le Congrès national du Mrap entérine même l'utilisation du terme "islamophobie" (à une courte majorité).

En 2003, déjà le Mrap attaquait (avec la LDH) le professeur d'histoire Louis Chagnon pour "provocation à la haine raciale envers des personnes de confession musulmane". Le professeur avait osé dire lors d'un cours, qu'à une certaine époque de sa vie «Mahomet va se transformer en voleur et en assassin». 
Trois ans plus tard, dans une affaire similaire, celle de l'affaire Redeker, professeur de philosophie qui avait critiqué l'islam dans une tribune du Figaro, le Mrap adopte une attitude aussi honteuse. Ajoutant à la fatwa et les menaces de mort, celle de poursuites judiciaires.
 

Avec le prêcheur Tariq Ramadan débute une vraie idylle

C'est presque une histoire d'amour entre Aounit et le prêcheur islamiste ! La section du Mrap Paris avait pris la défense de Tariq Ramadan lors de la polémique sur son texte sur les intellectuels juifs. Depuis, Mouloud Aounit multiplie les conférences avec l'islamiste (Forum Social Européen à Ivry sur Seine, conférence sur l'islamophobie à Saint Etienne, etc...).

Le Mrap devient le défenseur de l'islamisme

Mouloud Aounit bénéficie dès 2004 d'une tribune sur le site islamiste oumma.com et intervient sur Oumma TV. Sa famille idéologique, associative est désormais religieuse. Il accepte la présence de l'UOIF dans une manifestation antiraciste dont l'appel est aussi signé par le Collectif anti laique "Une école pour toutes et tous", le "Collectif des Musulmans de France" (pro-Ramadan) et la "Fédération Nationale des Musulmans de France".
L
e Mrap est bien évidemment l'ardent défenseur des filles voilées. Il soutient les soeurs Levy dont le père - qui dit toute sa détestation de la laïcité - est aussi justement l'avocat du Mrap.

En janvier 2005, Mouloud Aounit demande au journal de 13h de France 2 que des repas hallal soient proposés dans les écoles.
Le 1er février 2006, lors de l'affaire des caricatures de Mahomet publiés dans France Soir, le MRAP exprime sa "consternation devant une inquiétante et piteuse provocation". Le MRAP portera plainte contre France Soir estimant qu'il s'agit d'un 
 "détournement raciste de la liberté d'expression".

 

Une fronde de militants contre la Direction
et un Mrap en crise

Mais au sein du mouvement, une fronde est née contre les dérapages répétés du Mouvement. Après le Conseil national du 15 janvier 2005, un "communiqué interne destiné aux adhérents du MRAP" est diffusé sur internet.

Le 15 mars 2005, après 9 ans de participation à la direction nationale, Isabelle Sirot démissionne du Bureau et explique sa démission : "Je ne resterai pas dans une association qui ne défend plus les valeurs universelles de l'antiracisme et qui favorise par ses prises de positions le communautarisme, pilier du racisme ". Elle dénonce "le dernier communiqué du 8 mars sans allusions aux discriminations faites aux femmes" ainsi que "l'entrisme fait par le groupuscule communautaire "une école pour tous"". et révèle que "le MRAP a perdu 8 % de ses adhérents en 2004" !

En 2006, 12 élus du Bureau national se rebellent face à la volonté de la direction d'engager des poursuites contre France Soir dans l'affaire des caricatures. Dans un texte intitulé "Pas en notre nom ! ", des comités et des fédérations ou responsables locaux s'opposent également à la plainte contre France Soir. En mars,  dans une lettre ouverte à Mouloud Aounit , Jean Ferrat déclare : "Je suis certainement un des plus anciens adhérents du MRAP mais c'est la première fois que je me demande si je ne vais pas être obligé de démissionner de l'association", "Je trouve la position du MRAP extrêmement grave pour notre mouvement et au delà pour l'avenir de notre démocratie laïque. Je me vois donc forcé de me désolidariser entièrement de cette position et de cette action et de le faire savoir publiquement."  Le chanteur s'était déjà désolidarisé du Mouvement en 2001 lorsque le Mrap s'était prononcé pour la libération de Maurice Papon.

Le Mrap antisémite ?

Ce qui est certain, c'est que le Mrap n'a pas le même entrain à dénoncer les actes antisémites que les actes de racisme anti arabes qu'il ne sait d'ailleurs plus appeller sous ce nom, préférant parler d' "islamophobie".

En 1977 déjà, des adversaires du Mrap dénonçaient  la suppression "contre l'antisémitisme" de l'appellation du Mouvement. Une suppression signifiant pour certains une minimisation de l'antisémitisme. Mais ce sont ces dernières années que le combat antiraciste du Mrap semble plus sélectif (largement détaillé dans un rapport par le Mouvement des Maghrebins laiques de France).
En février 2006, suite au meurtre d'Ilan Halimi, une manifestation en mémoire du jeune juif est organisée. Le Mrap retire son soutien, prétextant la présence de l'extreme droite. "Un argument crapuleux" dira le vice président de SOS Racisme, Patrick Klugman : "
Il n'est pas nouveau qu'il y a un malaise au sein de ce mouvement sur les questions de l'antisémitisme".

Doit-on continuer à subventionner le Mrap ?

Combien de temps encore Mouloud Aounit va-t-il squatter la direction du Mrap et défendre ces positions anti laïques sans rapport avec la mission antiraciste du Mrap des origines ? Est-il normal  que cette association continue à être subventionnée par les pouvoirs publics ? Doit-on continuer à financer une association qui excuse des appels au meurtre (affaire Redeker) et se fait le soutien de l'islamisme ? Alors, le Mrap, toujours association d'utilité publique ??!


Liens

Le site officiel du Mrap

Quand le Mrap dérape... Blog consacré aux dérives du Mrap.

Avenir du Mrap Blog (contestataire) d'adhérents du Mrap encore attachés au combat antiraciste

Tag(s) : #Assos - mouvements...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :