Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une étude étatsunienne réhabilite le modèle français d'intégration.

Le modèle anglo-saxon en revanche, privilégié par Nicolas Sarkozy (discrimination positive, communautarisme institutionnalisé) et dressant les communautés les unes contre les autres, semblerait davantage générateur d'hostilités, de violences.

________________________________________________________________________

Critiqué par la presse américaine au moment des émeutes de l'automne 2005 dans les banlieues, le modèle français d'intégration est réhabilité par une enquête publiée par le Pew Research Center, l'un des instituts d'opinion les plus réputés des Etats-Unis. Selon cette enquête, réalisée au printemps auprès de musulmans de quatre pays européens et dont les résultats complets ont été publiés le 17 août, les musulmans de France n'ont pas de leçons d'intégration à recevoir de leurs voisins européens.

Le sondage montre que les musulmans européens partagent une même préoccupation pour le chômage dans leur communauté (83 % en France, 78 % en Angleterre) et s'inquiètent de l'extrémisme islamiste, seule une faible minorité approuvant les attentats-suicides (16 % en France).

Mais sur le plan de l'intégration, les Français se singularisent. Alors que la moitié des musulmans britanniques perçoivent "un conflit naturel entre le fait de pratiquer l'islam et le fait de vivre dans une société moderne", 72 % des Français musulmans n'en voient aucun (une proportion identique à celle enregistrée dans l'ensemble de la société française).

Les musulmans français sont aussi, avec les Espagnols, ceux qui ressentent le moins d'hostilité à l'égard des pratiquants de l'islam (39 % estiment que la plupart des Européens sont hostiles aux musulmans, contre 52 % en Allemagne).

Appelés à dire ce qui les définit le mieux, de la nationalité ou de la religion, 81 % des musulmans britanniques optent pour la seconde. Les musulmans français sont nettement plus partagés : 42 % choisissent la nationalité et 46 % la religion.

Ce résultat est assez éloigné de celui enregistré lorsqu'on interroge la population tout entière : 83 % des Français s'identifient d'abord par leur nationalité. Mais il est "remarquablement proche", souligne le Pew Center, de celui qui concerne les Américains dans leur ensemble (48 % se définissent d'abord comme Américains, 42 % comme chrétiens). Les moins de 35 ans sont cependant 51 % à se décrire comme musulmans d'abord.

Autre sujet d'étonnement pour le centre de recherches américain : le regard sur les autres religions. 91 % des Français musulmans ont une opinion favorable des chrétiens et 71 % une bonne opinion des juifs, ce qui fait d'eux une exception : seuls 32 % des musulmans britanniques, 28 % des musulmans espagnols et 38 % des musulmans allemands ont une bonne opinion des juifs.

Enfin, les musulmans de France expriment une "préférence pour l'assimilation", selon l'institut : 78 % d'entre eux estiment que leur communauté souhaite adopter les traditions nationales (contre 41 % en Angleterre et 30 % en Allemagne).

Selon le sondage, les Français, dans leur ensemble, n'ont cependant pas la même perception : 53 % d'entre eux estiment que les musulmans n'ont pas de véritable volonté d'assimilation.

Corine Lesnes
(Le Monde 28 août 2006)
Tag(s) : #Laïcité dans la presse

Partager cet article

Repost 0