Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charlie Hebdo qui a lu le livre de Saint Nicolas "La république, les religions, l'espérance", annonce son programme. Un Crédo anti laïque qui n'est pas au goût de l'hebdo satirique !
________________________________________________________________________
Remplacer les assistantes sociales par des prêtres, des mollahs et des scientologues, telle est l'idée lancée par Sarkozy dans son livre d'entretiens sur la place de la religion dans la société française.
 
Le modèle de Nicolas Sarkozy est américain, voire texan. Et pas uniquement le modèle économique, puisque notre futur ex­ministre des Finances projette de faire passer la France d'une laïcité séparative à une laïcité pluraliste à l'américaine, où le religieux aurait son mot à dire sur le politique sans que le contraire soit vrai.
 
Dans sa bible, La République, les religions, l'espérance, Sarkozy troque donc son image d'«homme pressé» ultrapragmatique contre une panoplie de sacristain.
 
Le credo de Sarko ...
 
Dès les premières pages, saint Nicolas nous met dans l'ambiance : «Ma conviction longuement mûrie est que le besoin d'espérer est consubstantiel à l'existence humaine; et que ce qui rend la liberté religieuse si importante est qu'il s'agit en réalité d'une liberté d'espérer.» Sur le même mode angélique, le futur président de l'UMP nous prie de prendre ce livre comme «un appel à la tolérance». De son côté, toutefois, la tolérance a ses limites. Les laïques, par exemple, sont volontiers qualifiés de « sectaires» quand ils ne sont pas carrément « intégristes ». Sans parler des athées, décrits comme des hommes «sans aucune espérance».
 
L'espérance, la vraie, ne peut venir que de la religion. Et l'État doit l'encourager en la subventionnant, car, hors la religion, point de salut. La question sociale, pour ne citer qu'elle, est bonne à jeter : «Pour fondamentale qu'elle soit, la question sociale nest pas aussi consubstantielle à l'existence humaine que la question spirituelle », écrit-il.
 
À en croire Sarkozy, l'intervention du religieux dans toutes les sphères du politique aurait des effets carrément miraculeux. Il n'y aurait plus aucun problème dans les quartiers. Modifier la loi de 1905, en permettant la construction de mosquées et des instituts de formations pour imams, "serait une façon de lutter contre « les identités humiliées». Tant pis si cela signifie que tous les Français d'origine maghrébine doivent subitement devenir de «bons musulmans» pour être reconnus comme de «bons citoyens». Et tant pis si leurs nouveaux chiens de garde s'appellent Tariq Ramadan ou Hassan Iquioussen. Même intégristes, les prédicateurs coûtent moins cher que les assistantes sociales ...
 
... un credo antilaïcité
 
Si, dans son credo antilaïcité, Sarkozy soigne tout particulièrement les intégristes, il n'oublie pas pour autant les sectes. Il considère en effet qu'il faut refuser les «amalgames» entre les sectes et ce qu'il nomme sobrement les «nouveaux mouvements spirituels». De toute évidence, lorsqu'il a chaleureusement reçu Tom Cruise, l'ambassadeur hollywoodien de la Scientologie, à Bercy en septembre dernier, ce n'était pas uniquement pour parler cinéma et talonnettes.
 
La Scientologie use de tout son pouvoir de lobbying - et elle en a - pour être universellement reconnue comme un «nouveau mouvement spirituel», justement. Et la France est dans sa ligne de mire depuis que la commission parlementaire présidée par Alain Vivien l'a classée parmi les groupes les plus sectaires qui soient.
 
Il est vrai que ce genre d'«amalgame» ne se serait pas produit si, à la place de députés, on avait eu des évêques.
 
Fiametta Venner
(Charlie Hebdo, 17 novembre 2004)
Tag(s) : #Nicolas Sarkozy

Partager cet article

Repost 0