Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des associations féministes ont interpellé Mme Royal, demandant entre autre une clarification de son discours sur la mixité. A plusieurs reprises, la candidate avait en effet remis en cause cette mixité. La question serait-elle derrangeante ? Toujours est-il que la lettre est restée à ce jour sans réponse :

_____________________________________________________________________

Madame Ségolène Royal Candidate à la candidature à la présidence de la République

Lyon et Paris, le 16 juin 2006
Madame la Ministre,
« La ligue des droits de femmes » et « Regards de femmes », comme beaucoup d’autres associations féministes, souhaitent connaître vos positions sur la menace de régression que représentent pour les droits des femmes les prétentions de certaines religions.
Ceux qui voudraient que la foi passe avant le droit attaquent ainsi les deux principes constitutionnels de notre République une et indivisible : l’égalité en droit femmes/hommes et la laïcité.
Alors que la laïcité permet la coexistence de tous sur le territoire quelles que soient les origines ethniques ou les particularités religieuses, des demandes dérogatoires en fonction de traditions religieuses se multiplient sur notre territoire.
Nous aimerions donc avoir votre opinion concernant ces demandes, en particulier les refus de mixité femmes/hommes dans les services collectifs : hôpitaux, établissements scolaires, activités sportives, culturelles et sociales.
Les accepter signifie que toutes les femmes en France n’ont pas les mêmes droits, particulièrement les femmes de confession ou de filiation musulmane. Au nom d’un relativisme culturel, on laisse les chefs de l’islam politique décider du sort de leurs coreligionnaires. Les conséquences sont lourdes pour les femmes : relégation, mariages forcés qui impliquent l’interdiction d’exercer une profession, port du voile obligatoire, parfois sévices impunis... Voilà qui bafoue les droits humains fondamentaux, conquis chèrement au terme de siècles de combat collectif contre les obscurantismes.
Approuvez-vous le constat et les conclusions du rapport de l’Inspection générale de l’administration dénonçant les refus de mixité dans les services collectifs ? Quelles mesures, préventives et répressives, envisagez-vous pour soutenir les agents publics soumis à d’intolérables pressions ?
Nos actions visent à protéger pleinement toutes les femmes vivant sur le territoire contre toute violation de leurs droits fondée sur ou attribuée à la religion. Nous nous appuyons sur la neutralité de l’Etat et des services publics. Cette impartialité dans la garantie de croire, de ne pas croire ou de douter et pour toutes les confessions de pouvoir exercer librement leur culte, sous réserve de ne pas attenter aux libertés d’autrui, ni troubler l’ordre public se retrouve également dans la Convention européenne des droits de l’homme. Les articles 9 et 10 concernant la liberté de religion et la liberté d’expression limitent également ces libertés à la protection des droits et liberté d’autrui et au trouble de l’ordre public.
Nous aimerions également connaître votre position par rapport à la résolution votée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe « exhortant les Etats membres à veiller à ce que la liberté de religion et le respect de la culture et de la tradition ne soient pas acceptés comme des prétextes à la justification des violations des droits des femmes, y compris lorsque des jeunes filles mineures sont contraintes de se soumettre à des codes religieux (y compris à des codes vestimentaires), que leur liberté de circulation est entravée ou que l’accès à la contraception leur est interdit par la famille ou la communauté. »
Votre réponse sera diffusée à tous nos réseaux.
Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’expression de notre considération.
Pour Regards de femmes : Michèle Vianès, présidente
Pour la Ligue des droits des femmes : Anne Zélensky, présidente
Tag(s) : #Ségolène Royal

Partager cet article

Repost 0