Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nicolas Sarkozy ,

 

Très imprégné de ce qui se passe aux Etats-Unis, Nicolas Sarkozy a mis le fait religieux au centre du débat politique, en contradiction totale avec ce qu'est la France aujourd'hui, très largement déconfessionnalisée. Pour lui, la religion est "comme une source d’apaisement utile au fonctionnement de la République. »

 

 

Ultra communautariste et adepte du "tout religieux"

Nicolas Sarkozy n'hésite d'ailleurs pas à opposer les valeurs religieuses aux valeurs républicaines : « La dimension morale est plus solide, plus enracinée lorsqu’elle procède d’une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu’elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain. » écrit-il dans "la Religion, la République, l’espérance". « la République (...) ignore le bien et le mal. [Elle] défend la règle, la loi sans la rattacher à un ordre moral » écrit-il encore.  La religion serait-elle seule source de valeurs morales ?

Si ces déclarations enthousiasment Christine Boutin - "c’est la première fois depuis longtemps qu’un homme politique de premier plan affirme que la religion a valeur de civilisation" dit-elle - à l'UMP, certains font la grimace.

 

Très imprégné de la droite bushiste dans son rapport à la religion

Sarkozy a une conception très anglo-saxonne de la laïcité. Il croit aussi à la discrimination positive, en référence au système mis en place aux Etats-Unis pour aider les minorités défavorisées. Et lorsqu'il parle de minorités, c'est toujours confessionnelles. «Zinedine Zidane et le football, c’est formidable, mais ça ne suffit pas. Les musulmans de France sont capables aussi d’avoir des hauts fonctionnaires, des chercheurs, des médecins, des professeurs». Sarkozy définit ainsi toujours les Maghrébins uniquement par la référence religieuse dont il fait un référent identitaire, un peu comme Tariq Ramadan. De même, il réduit les problèmes de l’intégration à celui de l’islam. Rien d'étonnant alors à ce qu'il préfère faire appel aux imams qu'aux travailleurs sociaux à chaque flambée des banlieues. Intégrer les intégristes serait pour lui le meilleur moyen de favoriser l’intégration.

Sarkozy a une véritable facination pour ces sociétés anglo-saxonnes anti universalistes où l'on vente une juxtaposition des communautés (qui se dressent les unes contre les autres). A tel point qu'il n'est plus toujours très sûr d'être Français : « Je suis un étranger dans mon propre pays » dira-t-il d'ailleurs (discours à Columbia, 04/10/04).

 

La loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat au kärcher !

Nicolas Sarkozy, c'est d'abord un adversaire de la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Et même s'il ne parle que de "toiletter" la loi, pour que l'Etat puisse financer et entretenir des lieux de culte, c'est bien au principe meme de cette loi qu'il s'attaque. N. Sarkozy souhaite notamment supprimer l'article 2 de la loi de 1905, «la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte», mettant ainsi en péril l'équilibre fragile qui a tenu près d'un siècle. C'est ce que propose le rapport Machelon commandé par N. sarkozy.


Avec le CFCM, Sarkozy vend l'islam de France aux intégristes

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) est la plus désolante création de Nicolas Sarkozy. Un véritable cadeau empoisonné à l'adresse des musulmans de France ! En l'associant à la naissance du  (CFCM), Nicolas Sarkozy a cautionné dès le départ l'organisation intégriste de l'UOIF (branche française des Frères musulmans). Ce choix relève d'un calcul bien mauvais : « Je suis convaincu que lorsqu’un ‘radical’ est intégré dans une structure officielle, il perd de sa radicalité " dit Sarkozy. Pari perdu ! Les intégristes n'ont pris que plus d'assurance et gagné une légitimité qu'ils n'auraient probablement jamais eu autrement. Le discours, lui, n'a pas varié d'un iota. 

... Et l'antisémitisme ?

Nicolas Sarkozy ne cesse de défendre l'image de l'UOIF, organisation islamiste proche des Frères musulmans dont l'un des prédicateurs vedettes, Hassan Iquioussen, pense que la Shoah est un complot entre les Juifs et Hitler pour occuper la Palestine. Sans douter de la bonne foi de N. Sarkozy, on peut s'interroger sur l'efficacité de la méthode pour lutter contre l'antisémitisme !

Virage toujours plus religieux : Et maintenant Boutin comme conseillère politique !

Décembre 2006, Nicolas Sarkozy nomme Christine Boutin , conseillère politique du président de l’UMP. la passionaria anti-PaCS a notamment obtenu que le programme législatif de l'UMP reprenne plusieurs thèmes de combat de son mouvement d’inspiration chrétienne (le Forum des Républicains Sociaux).
Il en est ainsi de la protection de la vie, de l'état d'"embryon à la mort, et la promotion de la famille fondée sur l'altérité". Pour ce qui est de l'égalité entre homos et hétéros, on peut considérer qu'il n'en est même plus question.

___________________________________________________________________________________________

Les +

 Nicolas Sarkozy a été particulièrement clair et ferme lors de l'affaire des caricatures du prophète : « Je préfère l'excès de caricature à l'excès de censure » a-t-il déclaré, rappelant que la liberté d’expression est un principe démocratique non négociable.
Il a jugé par ailleurs l’attitude de celui qui a pris la décision de révoquer le directeur de la publication de France Soir après la publication des caricarures, peu conforme « à une pratique démocratique normale » au regard de la liberté de la presse.

Mais face aux responsables religieux, N. Sarkozy peut tenir un discours légèrement différent : "Ne cédez pas au terrorisme de la pensée unique. Ne vous laissez pas moquer, diffamer, insulter. (...) Parfois, je regrette la frilosité de certains hommes d’Eglise. Vous n’avez pas à vous excuser de ce que vous croyez. Il est normal de prendre part au débat public. Si vous croyez, vous devez parler, prendre parti, partager." Sans être nécessairement contradictoires, ces deux déclarations mises côte à côte laissent perplexe...

Nicolas Sarkozy sait qui est Tariq Ramadan et sait aussi quelquefois déceler et dénoncer son double discours. Ils partagent cependant ce même désir de s'attaquer à la laicité, dénonçant ce qu'ils appellent tous deux l'"intégrisme laïque". Les deux hommes désignent les citoyens par leur confession : arabe est pour eux synonyme de "musulman". Et pour Nicolas sarkozy "quand on est musulman, ça se lit sur sa figure"
__________________________________________________________________________________________

 

Les -

Un modèle communautariste anglo saxon

 Le choix même de société : le modèle anglo-saxon de multiculturalisme (ou mutlicommunautarisme) institutionnel. Une véritable menace pour la tradition républicaine française et une atteinte au principe de laïcité et à la norme juridico-politique d'égalité de tous les citoyens devant la loi.
 Il pousse vers ce modèle anglo-saxon, avec comme argument l'échec des banlieues. "Le modèle républicain a failli, ça ne peut pas être pire » dit-il. Si, ça peut etre pire ! En France ce ne sont heureusement que des voitures et des bâtiments qui ont brûlé, alors que dans les pays à modèles communautaires anglo-saxons, les émeutes urbaines sont l’occasion d’affrontements ethniques. On n'en est heureusement pas encore là, mais on pourrait bien y venir à pousser vers toujours plus de communautarisme.
Il pratique partout le clientélisme communautaire. Nicolas Sarkozy, reçoit le prix de la tolérance du Centre Simon Wiesenthal pour son action contre l'antisémitisme et se rend huit jours plus tard à l'Assemblée générale annuelle de l'UOIF… cette même UOIF que le Centre Wiesenthal considère comme violemment antisémite !


Des attaques continues contre la laïcité

Nicolas Sarkozy veut ainsi "toiletter" la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Mais en s'attaquant au principe meme de la loi (la séparation de l'Etat et des religions quant au financement des lieux de culte), c'est bien sa suppression qu'il demande. Récemment l'AFP a annoncé qu'il renonçait à changer la loi. C'est faux! Dans un entretien à La Croix, il promet simplement de ne pas "avancer" sur ce sujet sans consensus, sans une "discussion avec l'ensemble des religions".
Pour lui, la laïcité telle définit dans la loi est une laïcité "intransigeante". Comme nombre d'intégristes, N. Sarkozy en appelle à une "laïcité moderne". Le principe laïque n'est il pas déjà moderne en soi ?
 De plus, il récuse la distinction entre sphère publique et sphère privée : "Il n’y a pas deux vies. Comme si la part de soi la plus intime et la plus intéressante, il fallait l’abandonner jusqu’au samedi matin et au dimanche soir inclus. Le domaine de vie privée n’a pas de sens. C’est le domaine de la vie tout court."
Une gestion religieuse des conflits. Sarkozy
négocie la paix sociale avec les prédicateurs islamistes. Les imams deviennent les interlocuteurs privilégiés à chaque problème de banlieues. L'Etat se décharge ainsi sur la religion.
 Avec le CFCM, il asseoit les intégristes à la table de République et laisse l’UOIF et la FNMF devenir les représentants de l’islam de France à jeu égal avec la Mosquée de Paris.
Dans le cadre de ses fonctions ministérielles, Nicolas sarkozy exécute lors d'une cérémonie officielle un signe de croix « ostensible ». Il n'a que faire des scrupules "laïcards". (video zapping)
Concernant la constitution européenne, N. Sarkozy se déclare aussi favorable à une référence aux racines chrétiennes, se démarquant à nouveau de l'ensemble de la classe politique française. (voir article
Sarkozy l'allié anti laïque européen)
Décembre 2006, Nicolas Sarkozy nomme Christine Boutin , conseillère politique du président de l’UMP.

La défense des sectes, "nouveaux mouvements spirituels"

 Il reçoit le "secte symbole" de la Scientologie, Tom Cruise. Sarkozy dit n'avoir parlé avec lui que « cinéma et relations franco-américaines» ce qui a été contredit par Tom Cruise lui-même lors d'une conférence de presse : «Nous avons parlé de tout, de scientologie, de cinéma, de vie familiale». Inquiétant : Sarkozy
plaide dans son livre pour que la France cesse de faire l'amalgame entre sectes et «nouveaux mouvements spirituels». Une prise de position qui ne peut que réjouir les sectes comme la Scientologie. (vidéo Cruise & Sarkozy) (video2)
Nicolas Sarkozy défend les sectes. Il a justifié le droit de rassemblement des Témoins de Jéhovah en raison du statut "cultuel" octroyé à l'association. Le 18 juillet 2006, il dit sur Europe 1 :"Les témoins de Jéhovah sont une association cultuelle". Cette organisation fait partie des mouvements épinglés à plusieurs reprises par les rapports parlementaires sur les sectes ainsi que par ceux de plusieurs missions interministérielles successives pour des pratiques contraires aux lois de la République (viol de la loi fiscale, non dénonciation d'actes de pédophilie, refus de transfusion sanguine...)
Le rapport de l'INSERM présenté par N. Sarkozy sur les troubles du comportement proposait de détecter les délinquants dès l'âge de 3 ans. C'est le monde rêvé de la Scientologie où éducateurs et personnel de la petite enfance sont astreint à des stages de formation sur les troubles du comportement. Ce projet comme d'autres va dans le sens d'une privatisation de la Santé publique et de la recherche. Les groupes sectaires sont les premiers sur les questions de santé publique (récupération de patients en fin de vie, des personnes en faiblesse psychologique...).
Sarkozy est pour la multiplication des écoles spécialisées (donc la suppression de la carte scolaire). Là encore, les sectes seront bien sûr en premiere ligne. Chaque établissement sera obligé pour être concurrentiel de rechercher des financements privés.
Les groupes sectaires seront les plus gros donateurs.

Nombre de vidéos en liens sur ce blog ont été fermées. La censure des Sarkoboys n'opèrent pas que dans les médias écrits.

Et pour continuer cette liste qui n'en finit plus...

Tag(s) : #Nicolas Sarkozy

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :