Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François Bayrou se démarque très clairement des choix communautaristes de Nicolas Sarkozy, "incompatibles avec l'identité française". Il s'oppose également à tout "toilettage" de la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat.
________________________________________________________________________
Le président de l'UDF François Bayrou s'est prononcé mardi contre tout "communautarisme" et a vivement défendu la laïcité française issue de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, "modèle universel" à ses yeux.
"Le communautarisme est incompatible avec l'identité française, et républicaine naturellement", a déclaré M. Bayrou, qui était auditionné par la "Commission de défense de la loi de 1905", du Grand Orient de France, principale obédience maçonnique.
Cette laïcité est "un modèle universel qu'il est bon de défendre et de promouvoir", a ajouté M. Bayrou, qui s'est démarqué de ceux qui jugent cette notion "désuète et anachronique".
Avec cette loi, "la France a fait pour l'humanité un grand pas en fondant cet équilibre nouveau", a ajouté M. Bayrou, qui s'est affirmé lui-même "chrétien", ne décelant "aucun antagonisme, mise en cause de l'esprit et de la démarche religieux" dans la séparation Eglise-Etat.
Il s'est précisément prononcé contre toute modification de la loi de 1905, exprimant ainsi son désaccord avec le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, qui est comme lui probable candidat à la présidentielle de 2007, et qu'il n'a pas cité.
"La loi de 1905 est un des éléments de la colonne vertébrale de la République française, de la société, de la France. La question des relations entre les religions, les cultes, l'Etat, les collectivités locales peuvent parfaitement se gérer dans le cadre de la loi de 1905", a-t-il dit.
Les partisans du "toilettage" de cette loi "veulent "reprendre et changer le fond" de cette loi, et "revenir à des relations d'ordre structurel, de financement structurel", entre les Eglises et l'Etat, ce qui serait "un grand risque".
"On sait où commencerait la déstabilisation, on ne sait où elle s'arrêterait", a-t-il souligné.


(AFP - 4 avril 2006)
Tag(s) : #François Bayrou

Partager cet article

Repost 0