Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre la laïcité partout et pour tous, dès le premier âge de la vie !

Le Conseil de Paris de lundi a adopté des délibérations concernant des subventions à des associations confessionnelles pour le financement de crèches.

Parmi ces délibérations, une vingtaine de crèches confessionnelles, situées dans le 13ème, 17ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement sont concernées et font débat. Le débat n'est pas nouveau. La majorité parisienne a hérité depuis 2001 de cette situation léguée par la droite. Si l'on peut se féliciter qu'aucune nouvelle crèche confessionnelle n'ait été créée sous la précédente mandature, on peut à minima s'interroger sur les raisons de renouveler chaque année leur financement.

Le conseil d'arrondissement du 20e arrondissement de Paris du 22 septembre a voté à l'unanimité le report de ces délibérations afin d'exiger le respect de la convention qui est censée lier ces associations à la Ville (comme la participation à la commission d'attribution des places en crèches à laquelle ces structures ne participent pas) et de s'assurer du respect de la mixité, de la laïcité et de la politique tarifaire de la ville. Mais l'exécutif municipal parisien a décidé de maintenir la présentation de ces délibérations en vue de leur adoption à la séance du Conseil de Paris des 29 et 30 septembre. Dans les autres arrondissements concernés, les délibérations ont été adoptées mais pas sans provoquer débat et contestations dans les rangs mêmes de la gauche et dans les groupes socialistes.

Elu-e-s socialistes, nous souhaitons tirer une sonnette d'alarme afin que le débat de fond ait lieu : la ville doit-elle financer des crèches qui ne respectent pas la laïcité ?

C'est pourquoi, Alexis CORBIERE et Danielle SIMONNET, respectivement Conseillers de Paris du 12ème et du 20ème arrondissement ont voté, en conscience, contre les délibérations lors de la séance du Conseil de Paris.

L'accueil dans ces crèches se fait-il sans distinction d'appartenance religieuse ?
Toute famille parisienne accepterait-elle d'y placer ses enfants ?
Est-ce une bonne chose pour la collectivité que dès la petite enfance, la socialisation de certains enfants se fasse dans un cadre communautariste ?
A quelle conception du vivre ensemble cela peut-il nous mener ?

Nous ne pouvons nier le droit de certaines familles à faire ce choix, et à certaines communautés religieuses de le proposer. Mais nous estimons que ce n'est pas à la collectivité d'en financer le coût. L'accueil et la garde d'enfants de moins de trois ans répondent à des objectifs politiques qui relèvent tant de l'émancipation des femmes, que de l'accompagnement à l'éveil et à l'épanouissement des enfants. Une politique municipale de la petite enfance se doit d'être respectueuse de la laïcité. Il en va de l'intérêt des enfants, il en va de l'intérêt général. Car la laïcité nous dicte que la République ne reconnaît ni ne finance aucun culte.

Dans un contexte national d'attaque en règle de la laïcité, de volonté de reconfessionnalisation de l'espace public, nous attendons de notre majorité municipale qu'elle incarne la défense de la laïcité dans tous les domaines de sa politique.

Nous espérons que les débats lors de la séance du Conseil de Paris provoqueront une prise de conscience de la nécessaire réorientation de notre politique parisienne en matière de laïcité.


Julien BOUCHER, conseiller d'arrondissement du 17ème arrondissement
Ariane CALVO, adjointe à la Maire du 20e chargée de l'égalité femmes hommes et de la petite enfance
Alexis CORBIERE, Conseiller de Paris, 1er adjoint à la Maire du 12ème 
Catherine GUILLAUME, Conseillère d'arrondissement du 19ème arrondissement
Christophe ROBILLARD, Conseiller d'arrondissement du 20ème arrondissement
Danielle SIMONNET, Conseillère de Paris du 20ème arrondissement

Tag(s) : #Communiqués

Partager cet article

Repost 0