Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le travailliste Ken Livingstone, qui briguait un troisième mandat, a finalement perdu la mairie de Londres. Le maire sortant a sans doute subi en partie le vote sanction des travaillistes, mais il a cerainement aussi payé son clientélisme religieux qui s'est avéré finalement peu payant.
Boris Johnson est donc aujourd'hui le nouveau maire de Londres. Il a remporté 1.168.738 votes, contre 1.028.966 pour Ken Livingstone.


Le maire de Paris Bertrand Delanoë a apporté samedi 26 avril à Londres son soutien à son homologue londonien Ken Livingstone qui brigue jeudi 1er mai 2008 un troisième mandat. 
"D'abord, je suis là parce que Ken me l'a demandé et que je l'aime beaucoup" a déclaré Bertrand Delanoë. On n'en doute pas. Les deux maires ont en effet bien des points communs. Tous deux communautaristes et aussi peu l'un que l'autre portés sur les valeurs laïques.

Mais qui est Ken Linvingstone ?

Ken Linvingstone, maire de Londres et son ami Al QaradawiKen Linvingstone et Hugo ChavezKen Livingstone et Bertrand Delanoë

Maire de Londres depuis 2000, Livingstone, grand admirateur de Hugo Chavez, est surtout pour nous celui qui avait organisé une conférence en juillet 2004, pour protester contre l'interdiction faite à de jeunes musulmanes, par la France, de porter le hijab dans les écoles.

Comme le prêcheur Al-Qaradawi était alors à Londres pour une conférence de fatwas"j'ai pensé que ce serait une excellente chose que cet éminent érudit musulman prît la parole à notre conférence" dira le maire londonien dans une interview. Aux côtés de Tariq Ramadan, l'un de ses disciples, Al Qaradawi inaugurait donc le premier grand Congrès Prohijab destiné « à faire pression sur les parlementaires européens » à la mairie de Londres, à l'invitation de son ami Livingston.

L'imam égyptien Yusuf Al-Qaradawi qui approuve entre autres les attentats-suicide contre Israël avait provoqué une polémique dans la capitale britannique suite notamment à ses prises de position en faveur de la répression des homosexuels y compris par la peine de mort. 
Ken Livingstone, qui l'avait reçu en grande pompe, a néanmoins soutenu l'imam al-Qaardawi et s'était excusé pour cette "explosion de xénophobie" à l'encontre d'un musulman "modéré" (1). Si si "modéré" ! En mai 2007, il comparait même l'imam à un « Jean XXIII de l'islam ». Car c'est ainsi que pense (et compte) un communautariste : il y a à Londres plus de msulmans que d'homosexuels, les musulmans doivent bien sûr tous ressembler à cette caricature d'Al Qaradawi, donc le prêcheur islamiste star d'Al Jazeera ne peut être que "modéré". Les islamistes modérés, ça existe. La preuve, même PPDA utilise l'expression. 


(1) Une explication peut être de ce qu'est pour Linvingstone un musulman modéré
sur Wikipedia. Al Qaradawi, musulman modéré, préconise à l'homme dont la femme ne se soumettrait pas de "la battre légèrement, avec ses mains, en prenant soin d'éviter le visage ou d'autres parties sensibles".  Modéré toujours, l'imam s'interroge concernant l'homosexualité :  "Est ce qu'on tue l'actif et le passif, par quels moyens les tuer, est ce avec un sabre ou le feu ou on les jetant du haut d'un mur, cette sévérité qui semblerait inhumaine n'est qu'un moyen de débarrasser la société islamique de ces êtres nocifs qui conduisent à la perte de l'humanité" ("le licite et l'illicite en Islam")

Tag(s) : #News Vigilance laïque

Partager cet article

Repost 0